Comment les résolutions de perte de poids peuvent devenir dangereuses

Le Nouvel An est très souvent accompagné de discussions sur les résolutions et on en entend de toutes les couleurs. Que ce soit un objectif personnel longtemps désiré, l’acquisition de nouvelles habitudes et connaissances ou cesser certains comportements, les résolutions tournent généralement autour d’une métamorphose, parfois irréaliste, de soi. Elles sont rarement en lien avec des comportements déjà entamés ou des réussites générales comme prendre soin de soi, s’écouter davantage, etc. Et cela est compréhensible. Le changement d’année est une symbolique pour le renouvellement, pour tourner la page sur quelque chose de nouveau. Pour plusieurs, cela est inspirant et devient motivateur de changements.

La perte de poids ou la prise en main de sa santé revient fréquemment comme résolution. Et malgré la documentation plus que complète sur les soi-disant «bienfaits» de la perte de poids chez les personnes grosses, les conséquences possibles négatives sont peu ou aucunement mentionnées malgré leur existence confirmée scientifiquement.

Les conséquences physiques

  • Une perte de poids rapide peut influencer à une perte de masse osseuse et mener à l’ostéoporose. L’intensité de ces conséquences varie selon l’âge, le sexe, le poids initial et les conditions (rapidité et amplitude) de la perte de poids.
  • La perte de poids liée aux régimes restrictifs intenses peut mener à des dommages au foie, des troubles cardiovasculaires (palpitations, tachycardie, arrêt cardiaque) et à la mort subite.
  • Souvent, la perte de poids mène à un gain de poids imminent. Cela s’explique par le retour à une alimentation plus équilibrée lorsque l’individu n’en peut plus de son régime, mais également par une perturbation du système endocrinien, reproducteur et immunitaire.
  • Une alimentation instable et restrictive peut mener à des troubles digestifs comme la constipation, des gaz inconfortables, la diarrhée, des ballonnements et de l’inflammation.
  • La majorité des individus réalisant une perte de poids reprenne le poids perdu, et parfois plus.

Les conséquences psychologiques

  • La restriction cognitive accompagnant les régimes a tendance à percuter les signaux physiologiques de faim et de satiété.
  • Le processus de perte de poids peut être lié au développement de dépression et à une faible estime de soi. Tous deux peuvent être conséquence aux échecs vécus dans le régime alimentaire et aux objectifs d’exercice physique très souvent désadaptés à l’individu.
  • Bien évidemment, « surveiller » son alimentation peut mener au développement d’une obsession envers celle-ci et vers le trouble alimentaire, selon l’individu et son expérience personnelle.

Nos recommandations face à tout cela

Il s’agit de beaucoup d’informations. Celles-ci vont d’ailleurs probablement en contradiction avec les apprentissages communs comme quoi des aliments sont « mauvais » et d’autres « bons » pour la santé et que le poids se doit d’être dans la norme. Sachant tout cela, vous êtes la personne la mieux placée pour effectuer une décision par rapport à votre corps. Si la perte de poids demeure un objectif primordial pour vous, il est préférable de vous entourer de professionnels comme des nutritionnistes ou des kinésiologues afin de recevoir une aide adéquate et des informations confirmées par la science. Cependant, si vous envisagez cette avenue, il est important d’avoir une réflexion sur la source de cet objectif et de comparer les avantages et inconvénients sur votre santé.

À la Maison l’Éclaircie, nous prônons l’équilibre. Tout aliment peut avoir un rôle à jouer, que ce soit par ses aspects nutritifs essentiels, ses goûts préférés, le réconfort apporté, l’événement social qu’il porte, etc. Nous croyons qu’en maintenant un mode de vie équilibré, des objectifs variés et en lien avec nos intérêts, nous pouvons arriver à être plus satisfaits avec nous-mêmes. C’est d’ailleurs en diversifiant ses sources de valorisations que nous arriverons à une estime de soi plus stable.

Élisabeth Nolan, intervenante sociale


Sources

Perrot, M. (2016). La Restriction Cognitive Ou Comment Les Régimes Font Grossir. 129-134. Doi : 10.1684/med.2016.36

http://www.bichat-larib.com/publications.documents/5205_Perrot-mars_2016.pdf

Harrison, C. (2019). Anti-Diet : Reclaim Your Time, Money, Well-Being, and Happiness Through Intuitive Eating. Little Brown Spark.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s