« Le poids ? Sans commentaire ! »

Ça y est! Comme tous les ans, la semaine « Le poids? Sans commentaire! » est de retour; et, comme tous les ans, elle nous offre une occasion de nous interroger sur le rapport que nous entretenons avec notre poids, mais aussi avec celui des autres.

La semaine « Le poids? Sans commentaire! »… Qu’est-ce que c’est?

C’est à l’organisme à but non lucratif ÉquiLibre que revient l’initiative de cette semaine un peu particulière…

Axée sur l’image corporelle, la santé et le poids, la mission d’ÉquiLibre consiste à « Prévenir et diminuer les problèmes reliés au poids et à l’image corporelle dans la population, par des actions encourageant et facilitant le développement d’une image corporelle positive et l’adoption de saines habitudes de vie ». Pour ce faire, ÉquiLibre organise notamment des actions de sensibilisation et de mobilisation « des jeunes et des adultes pour les amener à participer au changement de normes sociales ».

Autant dire que c’est un organisme à suivre de près !

Parmi ces actions, la semaine « Le poids? Sans commentaire! » vise à nous sensibiliser « à l’omniprésence et aux conséquences négatives des commentaires sur le poids ». Elle s’inspire d’une initiative américaine, la Fat Talk Free Week. Le principe est très simple : ne pas parler de poids pendant une semaine. Ni du sien, ni de celui des autres.

Simple comme bonjour, me direz-vous! Et pourtant…

Le poids, un sujet anodin?

Si vous vous prêtez au jeu, vous remarquerez peut-être que l’exercice n’est pas aussi évident qu’il n’y paraît.

Eh oui ! Le poids, on en parle tellement qu’il peut sembler banal. Après tout, puisque la tendance sociétale actuelle prône un modèle unique de beauté mince (voire maigre) pour les femmes, et musclé pour les hommes, il pourrait paraître logique de se soucier de son apparence. Ceci est d’autant plus vrai que l’on est constamment matraqué d’images, de publicités ou de discours nous rappelant au mot d’ordre.

En fait, être préoccupé par son image corporelle semble être devenu le comportement normal à adopter, pour ne pas dire raisonnable , souvent encouragé par les professionnels ou les autorités publiques.

Le fameux label d’être « en santé » est généralement compris de manière restrictive, comme étant synonyme de minceur… avec toute la culpabilité que cela peut impliquer pour les personnes n’étant pas génétiquement programmées  pour répondre à l’exigence du corps élancé. Il reste que quiconque s’écarte de ce modèle s’expose souvent à une (auto-)stigmatisation : « machin a pris du poids ces derniers temps; y’a du relâchement ! Il devrait faire attention »; « aah, je ne rentre plus dans mon jean, j’aurais dû manger moins de sucreries et faire plus de sport… chu trop nulle »; « beurk, t’as vu le gros d’à côté ?! C’est dégoûtant de manger comme ça ! »…

Quand le poids pèse lourd

Une fois sensibilisé à la question du poids, c’est une toute autre réalité qui saute aux yeux : celle de l’omniprésence du poids dans les conversations du quotidien; celle de l’influence que ces commentaires et l’obsession du modèle unique de beauté peuvent avoir sur l’estime de soi, à court et à long termes; celle de la névrose collective et illusoire qui laisse croire qu’on peut contrôler son corps et le modeler à l’envi; celle de l’hypocrisie qui consiste à commenter ou à se mêler du mode de vie ou de l’apparence des autres sans aucune censure, sous couvert de préoccupation de santé (ou pas, d’ailleurs !); celle de la haine du gras sous toutes ses formes, qui se transforme souvent en discrimination envers « les gros »; celle, enfin, de l’ignorance vis-à-vis des maladies, parfois mortelles, qui peuvent découler de cette obsession et de cette stigmatisation.

 

Halte aux commentaires, pour un meilleur équilibre

Loin de questionner les bienfaits d’un mode de vie sain et équilibré, j’aimerais, au contraire, insister sur le fait que les commentaires relatifs au poids ou à l’apparence en général sont bien souvent néfastes sur la santé psychologique et physique des individus qui en font l’objet. Au final, ils sont bel et bien contreproductifs.

Essayer de s’abstenir de parler de poids pendant une semaine, c’est donc un premier pas qui peut permettre de réaliser que les commentaires portant sur l’apparence ne sont pas nécessaires, et n’apportent aucune valeur ajoutée à notre équilibre du quotidien. C’est aussi une étape vers une relation plus harmonieuse avec notre corps… parce qu’il y a des sujets bien plus intéressants que le poids à aborder !

Mélanie

sem_poids_sans_com
Activité pour montrer votre appui à la cause. Cliquez sur l’image pour plus d’informations.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s