Les commentaires, est-ce nécessaire?

Dernièrement, le milieu de la scène québécoise n’est pas passé inaperçu. Après les commentaires sur l’image corporelle de Saskia Thuot et celle de Maripier Morin, voilà le tour de Julie Snyder, suite au Gala des Gémeaux de dimanche dernier.

Depuis, les réseaux sociaux ont été bombardés d’images, de commentaires et d’hypothèses concernant son poids, ses habitudes de vie et son état de santé. Nous avons pu lire bon nombre de commentaires lui suggérant entre autre de manger ou encore critiquant son apparence et sa relation de couple. Des propos dénigrants et blessants font donc malheureusement le sujet de l’heure.

Témoins de ces réactions, nous ne pouvons rester indifférents. Cet événement nous rappelle que les troubles du comportement alimentaire (TCA) restent encore méconnus. Il nous rappelle aussi les nombreux préjugés qui perdurent face à l’apparence physique. Cela nous amène à nous questionner :

  • Comment peut-on savoir que la personne vit ou non un TCA?
  • D’après-vous, quels sont les impacts de tels commentaires?
  • Quels-sont les bénéfices liés au partage de ces informations sur les réseaux sociaux? À l’école ? Au travail ou entre ami(e)s ?

Premièrement, il est important de savoir que le développement d’un trouble du comportement alimentaire est multifactoriel. Malgré la croyance populaire, le poids n’est pas le seul indicateur fiable de la présence d’un TCA et plusieurs autres difficultés peuvent avoir un impact sur celui-ci. En fait, il n’existe pas de poids typique pour souffrir d’un TCA. C’est un trouble de santé mentale complexe, qui ne se règle pas seulement en « mangeant ». L’alimentation n’est en fait que le symptôme visible d’une grande souffrance intérieure.

Bien que certains commentaires émis à l’égard de la perte ou la prise de poids d’une personne témoignent souvent d’une inquiétude pour cette dernière, de tels propos ne s’avèrent pas aidants pour le rétablissement. Au contraire, ils peuvent amplifier l’isolement, affaiblir l’estime de soi, rendre malsaine la relation avec le corps et l’alimentation, engendrer un détresse psychologique, etc. Il n’y a rien de honteux à souffrir d’un TCA, ce n’est pas un choix ou une « mode ». Sans oublier l’impact des commentaires sur les proches de ces personnes. Eux aussi sont témoins de ces propos désobligeants.

Donc, en bout de ligne, est-il vraiment pertinent de partager ces informations? S’il s’agissait de votre sœur, votre frère, votre conjoint(e), croyez-vous que de commenter publiquement leur poids pourrait être aidant?  En espérant que ces quelques mots porteront à réflexions.

L’équipe de la Maison l’Éclaircie

Une réflexion sur “Les commentaires, est-ce nécessaire?

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s