Yoga, un chemin vers la conscience de soi – Entrevue avec Sandra Tremblay

Qu’est-ce que le yoga?

Le yoga se caractérise par des postures (des asanas) qui ont à l’origine été conçues pour travailler les différents systèmes du corps (pulmonaires, musculaires, cardiovasculaires, etc.). Chaque posture de yoga a des bienfaits spécifiques pour le corps et les organes pour aider l’individu à se maintenir en santé, à prévenir les maladies et à activer des forces d’auto-guérison à l’intérieur de soi.

En yoga, il y a aussi des techniques respiratoires (pranayama) qui aident autant la santé physique, en travaillant notamment le système pulmonaire et cardiovasculaire, que la gestion de nos émotions. La respiration nous aide à apaiser notre mental. C’est pourquoi la respiration est très présente dans les asanas et dans le travail méditatif.

Enfin, la méditation est une autre des voies du yoga qui contribue à la pleine conscience. Certaines personnes choisissent de ne pas l’inclure dans leur pratique et se concentrer sur les asanas, alors que d’autres s’initient au yoga par la médiation. Pour moi, le yoga est un tout. L’individu peut choisir le tout, des parties ou ne rien choisir du tout et c’est correct.

Quelle serait selon toi la meilleure pratique de yoga pour une personne vivant un trouble du comportement alimentaire ?

Je dirais une pratique de yoga plus douce où le professeur amène une attitude d’écoute et de respect de soi, plutôt que de performance. La pratique de yoga peut permettre d’aller chercher des outils bénéfiques au processus de guérison autant sur le plan physique que psychologique.

Quels outils le yoga peut-il apporter ?

Tout d’abord la respiration permet un contact plus profond avec soi-même. On apprend  que lorsqu’on est présent au niveau de son souffle, notre mental s’apaise. On peut  prendre conscience d’idées préconçues et des manières de penser qui accompagnent le trouble du comportement alimentaire. Grâce à des exercices respiratoires, la personne vivant un trouble du comportement alimentaire devient plus apte à discerner les discours malsains du trouble et peut mieux «déprogrammer» ce type de messages.

La respiration et le processus de relaxation aident également à apprendre à lâcher-prise et à accepter de ne pas avoir le contrôle sur soi. En cherchant à reproduire les postures les plus esthétiques possible, le corps est mis dans une situation de stress constant, il faut favoriser l’écoute de son corps et le respect. Le fait de se ramener dans le moment présent, via la détente et la méditation en pleine conscience, permet  de libérer le corps des hormones du stress et ramène un équilibre hormonal. L’objectif est de se centrer sur soi et non à l’image que l’on tente de projeter.

Une fois la prise de conscience faite, comment le yoga peut aider dans le processus vers le lâcher-prise?

C’est le temps qui va aider. Durant cette période de cheminement et d’apprentissage, la personne vivant un trouble du comportement alimentaire doit choisir le bon type de yoga et le bon professeur qui va favoriser des attitudes saines. Il faut éviter le langage de performance, de perte de poids et de compétition par exemple. Trop de miroirs dans les salles de yoga et le fait de s’y référer trop fréquemment est un autre danger potentiel.

Des pratiques de yoga plus douces et sans aspect de compétition, tel le «yin yoga», vont favoriser le rétablissement. Ce type de yoga se veut régénérateur, surtout lorsqu’on est au début de son processus de rétablissement. Débuter sa pratique avec des types de yoga très physique peut être un piège.

Selon moi, le yoga va aider à amener des prises de conscience, mais c’est un travail multidisciplinaire (avec un psychologue, un médecin et un nutritionniste) qui va aider la personne souffrant d’un trouble du comportement alimentaire à trouver des outils et des appuis pour augmenter son autonomie et sa confiance.

Dans quelle mesure la pratique du yoga peut être malsaine ?

La pratique d’un yoga très physique n’est pas conseillé et encore moins dans un environnement très chaud. Selon moi, Ce type de yoga est dangereux pour une personne aux prises avec de l’anorexie autant sur le plan mental que physique. Les organes sont mis dans une situation de grand stress lorsque la personne anorexique sollicite son corps dans des conditions de grandes chaleurs. Le danger est encore plus important lorsque la  santé physique est fragile. Ce type de pratique de yoga risque d’engendrer chez la personne anorexique la recherche de performance et le contrôle de son corps dans la perte ou le maintenant son poids. Tous ces jeux cognitifs ne favorisent pas le lâcher-prise et le processus de guérison.

Quels sont les grands principes du yoga ?

Pour moi, le yoga est un outil. C’est un cheminement continuel et un mode de vie en soi qui nous ramène à soi lorsque la vie file à toute vitesse. Le yoga nous ramène à l’essentiel, à notre essence, à la personne que nous sommes profondément, à ce que nous voulons vraiment et à notre réel potentiel. Le yoga nous ramène à ce que nous pouvons choisir pour nous afin d’être davantage dans le bien-être avec soi et dans nos relations avec les autres.

Le bien-être est pour moi un échange avec les autres et un échange avec soi. En yoga, on est en échange avec soi-même finalement. On est dans l’écoute de son corps et de ses émotions, en essayant d’être de plus en plus intègre avec soi. Ces effets se répercutent par la suite dans toutes les sphères de notre vie pour nous aider dans notre cheminement personnel.

Donc, le yoga est en soi un cheminement qui va aider à aller vers le rétablissement et un lâcher-prise qui est sain ?

Oui, le yoga va aider à reconstruire sa propre image de soi et à être moins influencé par les images qui nous sont reflétées dans notre environnement extérieur et qui ne sont pas nécessairement le reflet de la réalité.

Sandra Tremblay est responsable du programme Yoga/Pilates au PEPS à l’Université Laval. Elle a complété un baccalauréat en nutrition à l’Université Laval et a suivi par la suite plusieurs formations en massothérapie et en yoga. Elle enseigne plusieurs types de yoga et son approche prône une saine écoute de soi et le respect de son corps.

Audrée-Anne Dumas

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s