Orthorexie – Le glissement entre le désir de bien manger et la maladie  

De nos jours, le concept de la saine alimentation prend une place de plus en plus importante dans nos vies, ce qui, à la base, est une chose très positive! En effet, un nombre grandissant de personnes s’intéressent à la qualité de leur alimentation dans l’optique d’améliorer leur santé. Toutefois, comme pour bien d’autres choses, il est pertinent de se rappeler que « toute bonne habitude peut devenir problématique lorsqu’elle est appliquée de façon excessive ou obsessive » (ANEB, 2015). Ce faisant, il arrive que l’envie d’avoir une alimentation plus saine bascule dans un comportement malsain, voire obsessif.

Pourquoi ce désir de mieux manger?

Tout d’abord, sachez qu’il est tout à fait normal de vouloir bien manger au quotidien! En effet, le lien entre une alimentation équilibrée et plusieurs bénéfices, tels qu’une bonne santé physique et psychologique et une meilleure estime de soi, a été soulevé par des professionnels à plusieurs reprises. Plusieurs raisons peuvent donc nous pousser à vouloir changer certains comportements en lien avec notre alimentation afin de favoriser une meilleure santé sur le long terme, comme le désir de cuisiner ses repas, la volonté de découvrir de nouveaux aliments, le désir de varier son alimentation ou encore la volonté de mieux écouter son corps.

Le glissement entre le désir de bien manger et la maladie

Le désir de bien manger peut devenir malsain au moment où nous sommes prisonniers d’un cycle où la volonté de s’améliorer n’est jamais satisfaite. L’alimentation devient alors une sorte d’obsession omniprésente et prend toute la place. Cela peut aussi se traduire par la peur des aliments jugés « mauvais » ou encore par la peur de développer diverses maladies si l’on ne mange pas parfaitement. Cette peur irrationnelle surestime grandement l’impact de l’alimentation sur la santé. Il est certain que le fait d’avoir une alimentation équilibrée et variée est bénéfique sur le plan de la santé à long terme. Par contre, il est faux de croire que certains aliments agissent à titre de remèdes et soignent tous les maux, tandis que d’autres sont la cause directe des maladies. La réalité est plus nuancée, puisque l’état de santé d’un individu dépend d’une multitude de facteurs autres que l’alimentation, dont plusieurs sont hors de notre contrôle.

Connaissez-vous l’orthorexie?

Par définition, selon l’Office québécois de la langue française, l’orthorexie est « un comportement névrotique caractérisé par l’obsession d’une alimentation saine » (ANEB, 2015). En d’autres termes, une personne vivant de l’orthorexie nourrit une phobie pour certains aliments qu’elle juge « mauvais » et se contraint à suivre des règles très strictes en lien avec son alimentation afin de suivre un modèle qu’elle juge elle-même comme étant « sain » ou « pur ». Steven Bratman, médecin américain, a été le premier à nommer cette maladie en 1997 dans son livre Orthorexia : Health Food Junkies Overcoming The Obsession with Healthful Eating. Lors des années suivantes, ce trouble alimentaire a pris beaucoup d’ampleur au cœur de notre société moderne.

Les personnes souffrant d’orthorexie ont aussi tendance à associer leur valeur personnelle à leur alimentation : si je mange de « bons » aliments, je suis une bonne personne et, à l’inverse, si je mange de « mauvais » aliments, je suis une mauvaise personne. Ce principe, aussi appelé « Healthism », peut être la cause de beaucoup de culpabilité chez les personnes vivant de l’orthorexie et renforce souvent l’obsession en lien avec l’alimentation.

En quoi l’orthorexie diffère des autres troubles alimentaires?

L’orthorexie est centrée sur la composition de l’alimentation, sur sa « qualité » et donc moins sur la « quantité » d’aliments ingérés, comme on verrait dans l’anorexie ou la boulimie. Ainsi, elle s’immisce souvent de façon très subtile dans le quotidien des individus. En effet, cette maladie origine souvent d’une simple intention de mieux s’alimenter et d’améliorer sa santé. Elle s’installe donc progressivement et sournoisement jusqu’à atteindre un niveau obsessif et malsain. L’orthorexie peut aussi facilement se camoufler derrière diverses pratiques alimentaires telles que le végétarisme et le véganisme. C’est pourquoi il peut être pertinent de se questionner sur nos motivations à suivre un tel régime!

Est-ce que le désir de bien manger peut devenir dangereux?

Outre les nombreux impacts sur la santé psychologique, tout régime restrictif peut engendrer des effets indésirables sur la santé physique. Ironiquement, les effets engendrés par ce régime particulier vont à l’encontre de l’idée de départ, soir celle de « purifier » son alimentation pour être en meilleure santé. En effet, en éliminant plusieurs aliments ou catégories d’aliments de notre alimentation, cela peut causer diverses carences en nutriments, vitamines et minéraux. Ce trouble alimentaire peut aussi engendrer un impact non négligeable sur le plan social en favorisant l’isolement, comme c’est le cas pour la plupart des troubles du comportement alimentaire.

Comment savoir si je souffre d’orthorexie?

L’orthorexie ne possède pas encore de critères diagnostics définis. Par contre, un questionnaire, soit le test de Bratman, a été mis au point afin de clarifier s’il existe une tendance à l’obsession envers la qualité de l’alimentation et donc, un risque d’orthorexie. Ce test permet une certaine introspection sur notre propre alimentation afin de déterminer si notre désir de bien manger est en train de basculer vers un trouble alimentaire.

Pour effectuer vous-même le test, cliquez ici

En somme, il est pertinent de se rappeler que la santé n’est pas la perfection et que l’équilibre est souvent la clé!

Si vous êtes confrontés vous-mêmes à un trouble du comportement alimentaire, ou si c’est le cas de l’un de vos proches, n’hésitez surtout pas à aller chercher de l’aide aux ressources énoncées ci-dessous.

Ressources TCA

ANEB Québec
Site Web: https://anebquebec.com/ Ligne d’écoute téléphonique (gratuite et confidentielle): 1 (800) 630-0907
 
Maison l’éclaircie
Site Web:https://www.maisoneclaircie.qc.ca/ Ligne d’écoute téléphonique (gratuite et confidentielle): (418) 650-1076  

Laurianne Dubé, étudiante au baccalauréat en nutrition et bénévole

Références                                                                                                                        

-Anorexie et boulimie Québec (2015). Orthorexie…ou l’obsession de manger sainement. ANEB. https://anebquebec.com/troubles-alimentaires/orthorexie-ou-lobsession-de-manger-sainement#:~:text=Le%20terme%20orthorexie%20est%2Dil,d’une%20alimentation%20saine.%20%C2%BB

-Goldberg, R-L. (2018, août). What is “Healthism” ? Ask About Food. https://askaboutfood.com/what-is-healthism-august-2018/#:~:text=Robert%20Crawford%20defined%20healthism%20in,through%20the%20modification%20of%20lifestyles%E2%80%9D.&text=4)%20It%20judges%20people’s%20worth%20according%20to%20their%20health.

-Léonard, S. (2015, 4 février). Qu’est-ce que l’orthorexie? Groupe équilibre. https://equilibre.ca/quest-ce-que-lorthorexie/

-MASEF. (date inconnue). Orthorexie: test de Bratman. Médecins Auteurs de Sharewares et Freewares. http://www.masef.com/scores/orthorexietestbratman.htm

-National Eating Disorders Association (2021). Orthorexia. NEDA Feeding Hope. https://www.nationaleatingdisorders.org/learn/by-eating-disorder/other/orthorexia

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s