Et c’est là, le début de la plus belle aventure de votre vie.

Un an d’articles. Un an d’inspiration soudaine ou réfléchie. Un an à traiter d’un des sujets qui me tient le plus à cœur : l’art de prendre soin de soi.

Si vous avez lu mes articles, vous aurez compris que prendre soin de soi est multidimensionnel. On se rend bien compte qu’il est possible de prendre soin de soi dans toutes les sphères de notre vie. Que des petites choses au quotidien peuvent faire une grande différence. Pas besoin de spa, de produits de beauté et de longue journée à ne rien faire. Je ne dis pas que c’est chose facile. Loin de moi l’idée de vous dire que j’ai moi-même tout compris. C’est le travail d’une vie.  

J’ai l’impression que, dans la dernière année, j’ai souvent employé l’excuse du « self care » pour décrire quelque chose de plus grand. J’ai l’impression que tout ce qui relie mes articles est la profonde conviction que la vie renferme tellement plus de choses que les obligations et le paraître.

Je comprends tellement que regarder ce qui se passe à l’intérieur de nous est exigeant, challengeant, inconfortable et pas toujours super joli. C’est un peu vieillot, un peu quétaine et pas vraiment à la mode. Ce n’est pas gratification instantanée et c’est difficile de recevoir de la validation extérieure. Je comprends aussi que si on n’a jamais pris le temps de s’arrêter pour s’attarder à ce qui se passe en nous, cela peut sembler comme une montagne insurmontable. Comme un gros mess. Et que la dernière chose qu’on a envie, c’est d’y entrer et de faire le ménage. Ainsi, je comprends pourquoi il est plus facile de soigner son apparence et de surcharger son horaire. C’est réellement une barrière contre nos émotions.

En un an, j’ai aussi voulu exprimer mon désarroi par rapport à tout ça. C’est facile de dire toutes ces choses. Je le sais. J’suis aussi un peu surpassée par tout le travail qu’il nous reste à faire pour qu’on soit bien avec nos corps et qu’on arrête de se rentrer la tête dans le sable. Qu’on arrête d’ignorer notre intuition. Pourtant, j’ai espoir. Et vous?

On dirait que j’ai envie de vous dire de vous arrêter. Comment allez-vous? Qu’est-ce qui crie en vous? Qu’est-ce que vous désirez réellement? Êtes-vous bien où vous êtes? Sincèrement. Trouvez votre réponse À VOUS. La réponse que vous donnez aux autres est peut-être différente. C’est correct. C’est normal. Avez-vous peur? Trouvez-vous que vous perdez votre temps?

On dirait que j’ai envie de vous dire de vous aimer. Vous aimer assez pour oser vous sortir d’une situation qui n’est plus faite pour vous. Pour oser parler. Je vous jure que vous le savez déjà profondément si vous êtes bien ou non. Ce qui cloche ou non. Plus vous allez écouter cette voix, plus elle vous parlera. Plus vous pourrez lui faire confiance. Vous possédez déjà toutes les réponses.

Et c’est là, le début de la plus belle aventure de votre vie.

Jeanne, Bénévole de la Maison l’Éclaircie

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s