Pourquoi mon régime ne fonctionnera jamais

Aujourd’hui le 6 mai, c’est la journée internationale sans diète. Et bien qu’on pointe du doigt les régimes depuis des décennies, la culture des diètes est bien présente en 2019. Parce qu’un régime a une définition bien plus large qu’on ne le pense. Nul besoin d’avoir le nom d’un docteur ou un titre scientifique pour en être un. À la seconde où nous avons des règles ou que certains aliments deviennent interdits, nous voilà à la diète!

L’influence des normes sociales

Vouloir perdre du poids constitue la norme. Rien d’étonnant alors que notre société actuelle prône la minceur comme idéal de beauté. Pire, on nous fait miroiter que pour être en santé, il faut être mince. Et on nous encourage à percevoir la perte de poids comme un gage de réussite personnelle. Tellement de fausses promesses qui nous poussent à essayer chaque conseil nutritionnel qu’on voit passer sur le web.

Privation physique au rendez-vous

Multiples régimes limiteront nos apports alimentaires. Pourtant, les besoins de chacun sont tellement différents qu’un nombre spécifique de calories ne pourra jamais s’adresser à tous. Le risque, c’est de manger sous nos besoins minimums. Et les conséquences ne sont pas à négliger : faim intense, manque d’énergie, baisse de la concentration, perte de masse musculaire, diminution du métabolisme de base et même carences alimentaires. Ces symptômes deviendront inévitablement intolérables…

Restriction cognitive en addition

Au régime, certains aliments se voient rapidement bannis. Malheureusement, le fait d’éliminer un aliment qu’on aime risque d’avoir l’effet contraire de celui escompté. Notre envie pour celui-ci risque d’augmenter de plus en plus. La frustration se fera rapidement sentir et les excès pointeront le bout de leur nez. Et tant qu’à avoir tout gâché, autant en manger pour la peine!

Bienvenue dans un cercle vicieux

En combinant faim intense et interdiction de manger nos aliments préférés, voilà qu’on se met à risque. Une émotion négative ou une mauvaise journée au travail et nos règles prennent rapidement le bord. Bonjour les excès alimentaires, qui ne viennent jamais sans une bonne dose de culpabilité, de honte et un sentiment d’échec. Pour plusieurs, cela mènera à l’abandon du régime et à la reprise du poids perdu. Ce sera aussi le début (ou la continuité) d’une relation malsaine avec les aliments. Et pour certains, il s’agira d’un pas de plus vers ce qu’on nomme les troubles alimentaires.

 

Le contrôle du poids, une illusion

Le mythe le plus tenace en matière d’alimentation consiste à penser qu’on a un réel contrôle sur notre poids. Or, 95% des personnes qui tentent de perdre du poids le reprennent dans les années suivantes. Notre format corporel dépend d’une tonne de facteurs non contrôlables, que ce soit l’âge, la génétique, la prise de médicaments, le stress, le sommeil, l’historique personnel, le milieu social, etc. Et bien que la société nous fasse croire que nous avons du contrôle, nous en avons que très peu.

Que faire alors?

Cette réponse n’est pas simple. Il faut d’abord se demander si on a vraiment besoin de perdre du poids. Peut-être moins qu’on ne le pense…

Au niveau de la santé, la bonne nouvelle, c’est que de bonnes habitudes de vie suffisent à diminuer nos risques de maladies chroniques, indépendamment du chiffre sur la balance.

D’autre part, changer les normes sociales et apprendre à s’accepter tel qu’on est constituent des défis beaucoup plus grands. Il s’agit d’un travail au long court, qu’on fait un petit peu chaque jour…

Sources :

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s