Pourquoi faire du bénévolat quand on a vécu une problématique de santé mentale?

Alors que j’étais aux prises avec des troubles du comportement alimentaire (TCA) il y a quelques années, une petite idée a commencé à germer dans ma tête. Une idée qui me soufflait que ce que j’étais en train de vivre pourrait servir à quelque chose, ou à d’autres, et devenir un terrain fertile, comme on transforme des déchets en engrais. C’est cette volonté qui m’a poussée à m’impliquer à la Maison l’Éclaircie[1] lorsque je m’y suis sentie prête, il y a exactement 3 ans. Depuis, j’ai eu la chance de participer à différents projets liés aux TCA en tant que personne ayant vécu la problématique (mais pas que), et de côtoyer des personnes formidablement inspirantes qui ont confirmé mon idée initiale : devenir bénévole, c’est donner… mais surtout recevoir!

 

Un choix pas si simple

S’engager pour une cause, ce n’est pas toujours facile. Dans mon cas, j’ai fait le choix (bien personnel) d’accepter de partager un vécu très intime, de m’associer ouvertement à une problématique de santé mentale et d’essayer d’aider tout en sachant que je ne pourrai pas sauver. M’engager, c’était aussi assumer d’être confrontée aux émotions, aux souffrances et parfois même (mais très rarement) au jugement ou aux critiques. Au-delà des cicatrices et des souvenirs auxquels cela peut renvoyer, l’implication peut donner l’impression d’une lourde responsabilité à porter. Alors, pourquoi faire du bénévolat quand on a vécu une problématique de santé mentale?

 

Devenir un agent de changement, au-delà des préjugés

Peu importe la cause dont il est question, l’implication bénévole peut représenter une belle tribune pour faire changer les mentalités en partageant son vécu. Par exemple, on entend encore souvent les idées-reçues selon lesquelles l’anorexie serait un choix et la boulimie un manque de volonté honteux et dégoutant. Pourtant, les TCA ne sont ni une punition qu’on a bien cherchée, ni la faute de la personne qui en souffre. Je crois qu’il est très important de parler ouvertement de la maladie pour briser ces préjugés. Et même si ce n’est pas facile, qui de mieux placé pour le faire que les personnes ayant vécu la problématique?

 

Continuer de se rétablir

Il est parfois difficile, à mon avis, de se consacrer aux autres lorsqu’on ne se sent pas bien soi-même. À ce titre, partager mon expérience en tant que bénévole m’a soutenue dans la fin de mon processus de rétablissement en m’aidant à prendre un pas de recul par rapport à la maladie et à solidifier mes acquis pour pouvoir assumer mon rôle correctement. Bref, cela m’a poussée à travailler sur moi, et c’est très bien comme ça!

 

Donner au suivant

La plus grande chance que j’ai eue face aux TCA est celle de réussir à me rétablir. Et cela aurait été bien plus difficile sans le soutien dont j’ai bénéficié et les personnes qui m’ont accompagnée pendant cette (longue) période. J’ai toujours pensé que je devais faire quelque chose avec cette chance, l’utiliser pour qu’elle serve à d’autres. Faire du bénévolat est donc une merveilleuse manière de rendre l’aide qui m’a été apportée, mais aussi d’encourager les personnes concernées en leur montrant que le rétablissement est possible!

 

Apprendre de soi… et des autres

 Trois ans passés à la Maison l’Éclaircie m’ont permis de côtoyer des personnes admirables par leur résilience, leur courage, leur générosité et leur ouverture d’esprit. J’y ai constaté toute la force du soutien social et de la communauté. Le principe du bénévolat est de donner sans attendre de retour; pourtant, partager mon expérience dans un milieu de vie où le jugement n’a pas sa place m’a moi aussi aidée à me sentir comprise et moins seule face à mon vécu. J’ai pu me redécouvrir, au-delà de la maladie. Ça n’a pas de prix!

 

Se réaliser à son rythme

Contrairement à un travail rémunéré, l’implication bénévole n’est pas négociable; c’est refuser d’associer une valeur marchande à un service que l’on choisit de rendre parce qu’on le veut, parce que ça nous fait plaisir. Le fait de ne recevoir aucune contrepartie financière m’a permis de donner en toute liberté exactement ce que je souhaitais, comme je le souhaitais. En ce sens, je crois que cela m’a autorisée à prendre plus de risques et à m’épanouir de manière plus authentique qu’en présence d’une pression financière ou contractuelle. Je me suis sentie utile et importante pour ce que j’étais et pour les valeurs qui me tenaient réellement à coeur, et non pour une compétence technique précise, monnayable et éventuellement substituable.

 

Faire le deuil, sans oublier

Enfin, accompagner d’autres personnes concernées par la problématique dans leur processus de rétablissement m’a donné l’occasion de réaliser l’ampleur du chemin parcouru et des difficultés traversées, tout en effectuant un travail d’acceptation vis-à-vis de la maladie.

 

Bien sûr, ces quelques raisons sont très personnelles, et directement liées à mon expérience face aux TCA. Il y en aurait sûrement beaucoup d’autres à citer, mais j’espère qu’elles pourront en inciter certains et certaines à tenter l’aventure! Que ce soit dans le domaine de la santé, de la réinsertion sociale, de la justice, de l’aide internationale et humanitaire, des arts, ou encore de l’environnement, il y a une foule de moyens de mettre ses talents au service de la communauté, tout en exerçant sa passion et en rencontrant des personnes inspirantes, de tous les horizons. Il n’y a plus qu’à choisir, et à se lancer !

 

Mélanie Rembert

Tiré de: http://aqrp-sm.org/wp-content/uploads/2016/09/fil-jeunesse-02n05.pdf

 

[1]     La Maison l’Éclaircie de Québec est un organisme communautaire venant en aide aux personnes vivant un trouble des conduites alimentaires (anorexie, boulimie) ainsi qu’à leurs proches (http://www.maisoneclaircie.qc.ca).

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s